©AFP  
- Julien Varlet
VILLE DE PLAISIR TROPHÉE BNP PARIBAS - EDITION 2004
PLAISIR  du 20/09/2004 au 26/09/2004

Retour gagnant pour Varlet

Absent des courts depuis plus de huit mois, Julien Varlet a renoué avec le succès. Comme l’atteste sa victoire, acquise au Future de Plaisir face au Britannique David Sherwood 6/3, 6/4.


On attendait Jean-Michel Péquery, tenant du titre et tête de série n°1, et ce fut un revenant qui s’est imposé au Future de Plaisir (Yvelines). Le vainqueur 2003, lui, a laissé filer sa couronne dès  le premier tour, débarqué par l’Allemand Maximilian Abel, un lucky loser.

Julien Varlet (n° 16 français, TC Lillois) a donc remporté le tournoi  au détriment du Britannique David Sherwood  6/3, 6/4. Une belle performance pour le natif de Cambrai, longtemps absent des courts. La faute à une blessure au coude droit. "Avant d’observer un repos forcé, malgré quelques tentative de retours manqués,  je me situais aux alentours de la 140e place mondiale. Après, j’ai dégringolé  au-delà de la 500e place. Cette victoire tombe à point pour la confiance.", analyse-t-il. "C’était dur de voir les copains (Florent Serra, Edouard Roger-Vassellin, Julien Jeanpierre…) jouer  pendant que, moi, j’étais privé de tennis."

A Plaisir, Julien disputait son deuxième tournoi Future : "C’est une épreuve que je connais bien pour l’avoir joué il y a 10 ans, confie-t-il. A l’époque on parlait de Satellite et non de Future. L’accueil y est toujours aussi sympa et chaleureux." Des mots qui sont allés droit au cœur de Charles Giordano, le président du club et du comité d’organisation.

A ne pas douter, cette victoire va donner un coup de fouet dans la carrière de Varlet, âgé aujourd’hui de 28 ans : "Je suis toujours aussi motivé et mon ambition est d’être parmi  les 100 meilleurs mondiaux." Et l’avenir immédiat ? "Je n’ai pas pu obtenir une wild-card pour les qualifications du Challenger de Grenoble (Open de l’Isère). Je vais participer au Future de Nevers, puis j’espère avoir une wild card pour les qualifs de l’Open de Moselle."

Pour le président du club, le tournoi continue de progresser et dans l’ensemble cette édition s’est bien déroulée : "En finale, le public est venu nombreux. Durant la semaine, le soir, les tribunes étaient bien garnies…"

Toutefois, il émet un bémol. "Sur le plan sportif, je suis un peu déçu car on a perdu très tôt Jean-Michel Pequery et Jérôme Haehnel, les deux principales têtes de série. Mais c’est le sport que voulez-vous faire.", lâche-t-il philosophe.

Doté d’un budget d’environ 38 000 euros et encadré par une poignée de bénévoles, le tournoi repose sur le soutien de quelques partenaires, dont la Ville de Plaisir, la BNP Paribas, Technifibre...  "Lorsque le tournoi s’achève, on est sur les rotules. C’est dur d’organiser une épreuve.", avoue, soulagé, Charles Giordano. L’aventure dure depuis dix ans…


(Mustapha Taoussi)