©AFP  
- Nicolas Thomann est parvenu jusqu'en finale à Saint-Dizier.
INTERNATIONAUX DE TENNIS DE SAINT-DIZIER - EDITION 2004
SAINT-DIZIER  du 11/10/2004 au 17/10/2004

Thomann échoue près du titre

Vainqueur à Mulhouse, Nicolas Thomann s'est incliné en finale des Internationaux de Tennis de Saint-Dizier. Il a été battu 6/7, 7/6, 6/3 par le Roumain Florin Mergea.


Doucement mais sûrement, Nicolas Thomann poursuit sa remontée vers les sommets. Classé à la 106e place mondiale en août 2003, le Mulhousien a glissé au-delà de la 400e cette saison, à cause de blessures à répétition, et notamment à l'aponévrose de la voûte plantaire. Les tournois Future français sont donc idéaux pour se relancer. Mission accomplie à Mulhouse mi-septembre. Sur les courts couverts du CO Saint-Dizier, il n'a cédé qu'en finale 6/7 (4), 7/6 (6), 6/3 contre Florin Mergea, tête de série n°2 et vainqueur de Wimbledon juniors en 2003 face à Jo-Wilfried Tsonga.

 

Deux autres Français ont atteint les quarts de finale sur les courts couverts en dur champenois. Julien Maigret, tombeur du n°1, Francesco Piccari, a même eu deux balles de match contre l'Allemand Andreas Beck, n°5. Qualifié, Frédéric Jeanclaude a été victime de Mergea.

 

Président du club et du comité d'organisation, Jean-Louis Dubus s'est félicité de "la densité du tableau", fruit de l'augmentation de la dotation de 10 000 dollars à 10 000 dollars plus hébergement. "C'était notre cadeau d'anniversaire", souriait le président. Pas moins de 2000 spectateurs se sont rendues au club au cours de la semaine. Et les médias locaux (presse, radios) ont relayé l'événement.

 

Co-directeur du tournoi avec Aurélia Mathieu, Gérard Porres s'est démené pour que toutes les parties soient arbitrées dès les qualifications. Pari réussi. Autre nouveauté : une exhibition de tennis en fauteuil et de tennis in-line (sur roller) a été mise sur pied avant la finale. "Nous souhaiterions créer des sections pour ces disciplines au COSD", expliquait Jean-Louis Dubus avant de conclure. "L'an prochain, nous passerons peut-être de 10 000 dollars plus hébergement à 15 000 dollars. Mais surtout, nous voulons pérenniser le tournoi." Pour une nouvelle décennie de tennis à Saint-Dizier.


(Benjamin Waldbaum)