©Centre Presse  
Première victoire sur le circuit pour le Polonais Adam Chadaj.
INTERNATIONAUX MASCULINS DE TENNIS POITOU-CHARENTES - EDITION 2005
POITIERS  du 14/03/2005 au 20/03/2005

Chadaj au pas de charge

La victoire au Future de Poitiers (15000 dollars + H) est revenue à un Polonais, Adam Chadaj, aux dépens de l’Allemand  Denis Gremelmayr. Meilleur français et battu par le futur vainqueur comme l’an passé, Jean-François Bachelot a atteint les quarts de finale.

 

QUALIFIE SURPRISE. "Adam Chadaj avait oublié de s’inscrire en simple. Classé 352e joueur mondial à l’ATP, il aurait dû être ainsi à peu près tête de série 5 du tableau au lieu de passer par les qualifications. Cet état de fait a un peu changé la donne", déclarait Jean-Paul Orillard, le directeur du tournoi. Avec les forfaits de dernière minute et le remplacement qui a suivi des têtes de série (4 et 5) dans le haut du tableau par des "lucky-loosers ", elle a même été carrément chamboulée… Pour l'organisateur, cette 17e édition du tournoi au Stade Poitevin ne restera de toutes les façons pas dans les annales. "Nous avons connu une baisse de 20 à 30% de l’audience. Il a fait très beau et très chaud tout au long de la semaine. D’un coup, on se serait cru en été.  Les gens ont préféré aller se promener à La Rochelle plutôt que de s’enfermer dans une salle".

DES BLEUS EN BERNE. Les performances des Français n’ont pas, non plus, eu de quoi déplacer les foules. Demi-finaliste et déjà meilleur Tricolore en 2004, Jean-François Bachelot a atteint cette fois les quarts de finale, battu par le futur gagnant Polonais (6/2, 7/5). Classé 308e fin 2004 et quart de finaliste de deux tournois Future australiens cette année, Adam Chadaj, 21 ans, enlève ainsi sa première victoire sur le circuit. En finale devant l’Allemand Denis Gremelmayr (420e), il est vrai blessé à l’épaule, le "vainqueur masqué" venu de l’Est a imposé la solidité de son jeu et ses jambes de métronome. Auparavant tombeur, en plus de Bachelot, des têtes de série 2 et 3 (l’Anglais David Sherwood et le Belge Steve Darcis), il n’aura ainsi, en sept matchs (qualifications comprises), abandonné que deux fois un set à ses adversaires. A Nicolas Renavand, au premier tour du tableau final (6/2, 5/7, 6/2), et à Steve Darcis, au deuxième.

VERTIGINEUX. Finaliste surprise, aux dépens du Russe Gabashvili, favori de l’épreuve, en particulier dans le haut du tableau, Denis Gremelmayr avait bénéficié, lui, d’un petit coup du pouce. Pris de vertiges, Josselin Ouanna avait du en effet abandonner en cours de son match de premier tour contre lui. 2005, un cru moyen, décidemment. "C’est dommage, car Ouanna avait toutes les chances d’aller très loin", regrettait encore Jean-Paul Orillard. Pour de suite voir les choses plus en rose : "Avec nos équipes 1 hommes et femmes évoluant en Nationale 1, ce tournoi est la vitrine de notre politique de formation au club pour les 300 jeunes de notre école de tennis. Et il a une fois de plus cette année donné sa chance aux espoirs français de grappiller des points au classement, comme telle est son autre ambition…". Un  double objectif qui satisfait parfaitement les collectivités locales (Conseil régional, conseil général et ville de Poitiers) et la centaine de sponsors solidement implantées au soutien du rendez-vous.


(Dominique Beillan)

Publié le 04/04/2005 à 17:22