GRAND PRIX BARRISOL 2005 - EDITION 2005
BRUNSTATT  du 12/09/2005 au 18/09/2005

Korolev sévit en France

Après sa victoire au Future d’Angers en avril dernier, le Russe Evgueni Korolev (290e mondial) a encore sévi en France, en remportant  le Grand Prix Barrisol Mulhouse. En finale, il a dominé l’Allemand Philipp Hammer (432e) 6/4, 6/3.


VENU DE L'EST. Les habitudes se perdent ! Depuis deux ans, le Grand Prix Barrisol (15 000+H) était chasse gardée des joueurs mulhousiens. C’était le cas avec Jean-Michel Pequery et Nicolas Thomann,  respectivement lauréats en 2003 et 2004. Qu’on se rassure, le vainqueur 2005 vient toujours de... l’Est mais de Russie plus précisément.

L’édition 2005, jouée au TC Illberg, a donc vu la victoire du Russe Evgueni Korolev. En finale, devant environ 500 spectateurs, ce dernier a pris le meilleur, 6/4, 6/3,  sur l’Allemand Philipp Hammer, déjà finaliste malheureux à Bagnères-de-Bigorre. Korolev n’est pas inconnu dans l’hexagone puisqu’il a remporté le tournoi d’Angers, en battant en finale Mathieu Montcourt. "Avec un revers à deux mains, ce Russe de 17 ans tape très fort des deux côtés et ne se pose pas de questions.", a confié impressionné le juge arbitre Sosthene le Camus. 

ABANDONS EN CASCADE. Avec une forte colonie composée de dix-sept éléments, le tout emmené par Jo-Wilfried Tsonga (tête de série n°1) et Jean-Michel Pequery (n°2), la France a placé deux joueurs en demi-finales. Gary Lugassy (n°35 français, Seine-Saint-Denis) a plus que résisté à Korolev, 5/7, 7/6, 6/1. Josselin Ouanna (n°37, Bretagne) a, lui, abandonné devant Hammer 6/4, 2-0, victime d’une élongation à la jambe gauche.

Tsonga (n°23, Bretagne) n’a pas été épargné lui aussi par les bobos. Au deuxième tour, il a dû se retirer après avoir perdu le premier set 6/1 face à l'Allemand Philipp Marx, toujours, lui aussi, en raison d'une blessure à l’épaule. "Au total, dans les deux tableaux, on a enregistré six abandons ou retraits pour les tours suivants. Cela montre que les organismes sont à bout.", a constaté Sosthene Le Camus. Vivement la fin de l‘année ! 

FIDELITE DES JOUEURS. Avec douze éditions au compteur, le Grand Prix Barrisol jouit d’une très bonne réputation. Par conséquent, les joueurs n’hésitent pas à revenir année après année. Le secret ?  "Laurent Naeglen et son équipe d’organisation ont réussi à monter une épreuve mixte, à la fois professionnelle et conviviale." Parole de juge-arbitre !


(Mustapha Taoussi)

Publié le 19/09/2005 à 13:52