INTERNATIONAUX DE TENNIS DU GRAND RODEZ AVEYRON 2005 - EDITION 2005
RODEZ  du 24/10/2005 au 29/10/2005

Montcourt rattrape le temps perdu

Handicapé par deux blessures en 2005, Mathieu Montcourt, 20 ans, a survolé le dernier Future organisé sur le sol français. C’est le deuxième titre de sa carrière.

UN PARCOURS AISE. Demi-finaliste la semaine dernière à la Roche-sur-Yon, Mathieu Montcourt a bien fait de profiter du statut de special-exempt. Le joueur originaire du Val-de-Marne a rejoint au palmarès du tournoi aveyronnais des noms comme Olivier Rochus ou Grégory Carraz. Montcourt a remporté son deuxième titre en Future (après l’Aquila en Italie en avril 2004) sans frayeur. Tout au long de cette semaine, il n’a pas lâché pas le moindre set. En finale, il n’a laissé aucune chance (6/3, 6/2) à l’Allemand Tobias Clemens, issu des qualifications et tombeur notamment en huitième de finale du Français Olivier Vandewiele, le lauréat de La Roche-sur-Yon.

MELBOURNE SE DESSINE. A 20 ans, Mathieu Montcourt, nouveau numéro 29 au classement français, a signé à Rodez un succès important. "En 2005, j’ai été arrêté pas loin de trois mois en raison de deux blessures : une mini-fracture du pouce, contractée aux qualifications de Roland-Garros en plongeant, et une déchirure aux ischios au début de l’été", soulignait Mathieu Montcourt. Classé 254e à l’ATP au moment de l’épreuve, le néo-Racingman touchera les dividendes de sa victoire au classement ATP du 7 novembre mais son objectif se rapproche. "J’ai encore quelques points à défendre d’ici la fin de l’année, dit-il. L’idée, c’est de rester dans les 250 afin de pouvoir me rendre à Melbourne pour disputer les qualifications de l’Open d’Australie."

UNE EDITION REUSSIE. Jean-Jacques Crognier, le directeur de l’épreuve, ne boudait pas son plaisir : "Je suis plus que satisfait par cette l’édition. Le beau temps y a forcément contribué. L’ambiance au village, installé sur l’un des nos quatre courts couverts, était festive. Toutes nos opérations ont connu un franc succès. Nos partenaires habituels (Fédération Française, conseil Général de l’Aveyron et la communauté d’agglomération du Grand Rodez) nous ont bien soutenu. Nous allons mettre à l’étude la possibilité de disputer les demi-finales et la finale dans l’Amphithéâtre. Cela nous permettrait d’attirer un plus large public."

CREVE-CŒUR. Jean-Jacques Crognier relève une seule fausse note. "Mon seul regret, c’est d’avoir dû procéder à un tirage au sort entre cinq -2/6 pour attribuer la dernière invitation pour les qualifications. Compte tenu de nos installations, notre tableau en "qualifs" est limité à trente-deux joueurs. Ce fut un crève-cœur de voir des joueurs repartir chez eux…"

(Eric Salliot)

Publié le 30/10/2005 à 14:16