©DR  
Julien Maes (à g.) et le vainqueur du Future de Deauville, Jordane Doble.
INTERNATIONAUX DE TOUQUES - EDITION 2006
DEAUVILLE-TOUQUES  du 23/01/2006 au 29/01/2006

Doble, le ''Calife'' de Deauville

Issu des qualifications, Jordane Doble s’est imposé à Deauville, le premier Future de l’année. En finale, il a battu un autre qualifié Julien Maes 1/6, 6/2, 6/0.

PUISSANCE CONTRE TOUCHER. Un vent de révolte a soufflé sur le TC de l’Amirauté ! Celui des joueurs issus des qualifications puisque la finale des Internationaux de Touques a opposé deux d’entre eux. Jordane Doble (n°44 français, Guyenne) et Julien Maes (-30, Languedoc-Roussillon) ont tracé leur chemin (sept tours chacun !) avant d’en découdre dans l’ultime duel. Devant environ 800 spectateurs, le titre est revenu à Doble, licencié à la Villa Primrose, au détriment de Julien Maes, sociétaire du TC des Hauts de Nîmes, 1/6, 6/2, 6/0. "Ce sont deux beaux joueurs, dotés chacun d’une belle technique, symbolisée par un excellent revers à une main, analyse Alain Mutin le directeur du tournoi. Mais le jeu puissant de Doble a eu raison de celui tout en toucher de son adversaire."

LES TETES CALENT.
De leur côté, les deux principales de têtes de série, Benjamin Balleret (n°45, Côte d’Azur) et Nicolas Renavand (n°31, Paris) ont calé dès le 2e tour, victimes respectivement de Josselin Ouanna (n°43, Bretagne) et Petar Popovic (Serbie Monténégro, 477e mondial). Inscrit dans le grand tableau, Jérémy Chardy (n°32, Midi-Pyrénées) n’a pu défendre ses chances. Souffrant, il devait déclarer forfait au grand dam d’Alain Mutin qui se délectait déjà à l’idée d’un premier tour opposant Chardy à Nicolas Renavand.

UN TREMPLIN. Malgré l’élimination prématurée des favoris et une finale opposant deux qualifiés, Alain Mutin s’est montré satisfait  de la tournure de cette 12e édition : "Nous avons eu un très beau tournoi. Un tournoi qui répond aux vœux de la FFT, à savoir permettre aux joueurs français de glaner leurs premiers points ATP et acquérir de l’expérience." Autant dire qu’avec un tableau qualificatif de 64 joueurs et un autre pré qualificatif de 30, le Future de Deauville joue pleinement son rôle d’épreuve tremplin. "En douze années, onze Tricolores ont inscrit leur nom à notre épreuve", argumente  Alain Mutin. 

POUR L'OZONE. Par rapport à l’édition 2005, le premier Future de l’année n’a pas connu de grands bouleversements. Réaménagement du bureau du juge-arbitre et de la salle de repos des joueurs, ainsi que mise en place d’une tribune supplémentaire sont les faits marquants. Sinon, l’épreuve s’appuie toujours sur ses points forts : une restauration et un hébergement sur place. Voilà qui simplifie  le transport des joueurs et soulage la couche d’ozone ! 
 

(Mustapha Taoussi)

Publié le 30/01/2006 à 13:32