©FFT/CS  
Xavier Pujo, finaliste du Future d'Angers.
 - EDITION 2007
ANGERS  du 02/04/2007 au 08/04/2007

Darcis au deuxième essai

Finaliste l'an passé, le Belge Steve Darcis, 460e mondial, a cette fois eu le dernier mot à Angers (15 000 $ + h). En finale, il a eu raison de Xavier Pujo (3/6, 6/4, 6/4).

UN INVITE DE MARQUE. Fidèle au tournoi depuis huit ans, Xavier Pujo, 648e mondial, a reçu une invitation de la part des organisateurs angevins. Une wild-card qu'il a su tirer à profit, puisque le Bordelais, bientôt 30 ans, s'est hissé en finale. Seul le Belge Steve Darcis a pu stopper sa marche en avant. "Depuis quelques semaines, je me sens professionnel pour la première fois", a déclaré le protégé de Jean-Baptiste Perlant dans les colonnes de Ouest France, qui a largement couvert le tournoi. "J'ai arrêté de faire les choses à moitié. Je me traînais de blessure en blessure. Mais je me suis dit tant qu'à continuer, autant faire les choses bien", a conclu le vainqueur du Critérium en 2002.

ECLECTISME. Le tournoi Future angevin a donc souri à un Belge, tandis que le Suisse Stéphane Bohli, tenant du titre, a échoué au premier tour. Le plateau était très éclectique avec la participation d'Argentins, d'un Brésilien, d'un Espagnol, d'un Russe, d'un Anglais, d'un Australien, d'un Roumain, d'un Allemand, d'un Néerlandais et d'un Tchèque. Mais les Français ont quand même été à leur avantage puisque Pujo est allé en finale et les "jeunôts" Alexandre Sidorenko et Josselin Ouanna se sont hissés en "demie".

RELEVER LE CHALLENGE. Du côté de l'organisation, le bilan de cette huitième édition était très positif. Gilles Portejoie, président de l'Angers Tennis Club, hôte de l'événement, envisageait même un passage dans la catégorie supérieur. "Monter un Challenger est envisageable même si le budget reste un problème et nous ne pourrons pas choisir les dates. Mais nous avons réussi à transformer les courts pour faire un vrai central, avec des loges. Les spectateurs sont vraiment bien installés." Les infrastructures sont de qualité, le public angevin est nombreux et fidèle, et les partenaires (Espace Anjou, Breheret, SBS, Ville, Région, etc) sont solides. Bref, Philippe Couaillier, le directeur du tournoi, avait le sourire. D'autant que c'est lui qui a donné une wild-card à Pujo. "C'est un joueur sympa qui est un fidèle chez nous. Il méritait sa chance." On ne saurait lui donner tort…


(G.B.)

Publié le 10/04/2007 à 12:22