©DR  
Nicolas Coutelot félicité par Gilles Ganancia, le directeur du tournoi.
OPEN DE GRASSE 2008 - TROPHÉE BNP PARIBAS - EDITION 2008
GRASSE  du 14/04/2008 au 20/04/2008

Coutelot comme à la maison

De nouveau en pleine possession de ses moyens, Nicolas Coutelot a remporté pour la deuxième année le Future de Grasse. A 31 ans, le Niçois, membre du Top 100 en 2002, entend encore faire des ravages sur terre…

Chasse gardée des joueurs français, l’Open de Grasse a de nouveau souri à un ancien encore vigoureux, à savoir Nicolas Coutelot. L’Azuréen succède au palmarès en effet à un autre trentenaire, Antony Dupuis. Encore que succéder n’est pas le terme adéquat. « Car c’est son second titre après 2006 mais c’est normal il est comme chez lui !», explique Gilles Ganancia, le directeur de l’épreuve.

ENVIE. Ce succès prend une saveur toute particulière pour Coutelot, 31 ans et 399e mondial au moment du tournoi. Il vient récompenser une saison sur terre battue des plus prometteuses. Parti en février sur des Futures en Espagne où il a ramené treize victoires consécutives – dont deux titres –, celui qui « tomba » David Nalbandian à Roland-Garros en 2003 – a vécu une semaine relativement tranquille. « Il n’est pas blessé, il rejoue très bien et il était clairement au dessus du lot », assure Gilles Ganancia. La « Coute » a notamment écarté en quart de finale Alexandre Sidorenko – qui a abandonné sans raisons apparentes – puis l’Argentin Diego Veronelli (n°420 à l’ATP) dans l’ultime rencontre au terme de trois sets accrochés (6/3, 3/6, 6/3).

 « A part le premier match, où j’étais super fiévreux, ce qui explique la bulle encaissée au deuxième set, j’ai très bien joué, a reconnu Nicolas Coutelot. Je touche du bois car je ne suis plus blessé. On m’a désinséré le tendon quadricipal de la rotule en janvier 2007 mais c’est du passé. J’ai une grosse envie de jouer mais je n’irai pas à la chasse aux points ATP car j’ai donné mon accord pour jouer les Interclubs avec l’ASPTT Metz en N1B, avec notamment Olivier Mutis. Maintenant, je vais faire une belle lettre de motivation pour obtenir une wild-card pour les qualifications de Roland-Garros...»

REPLI.
La finale de cet Open de Grasse n’a pu se disputer sur le Central. « Les premières gouttes d’eau sont tombées quelques minutes avant 15 heures, précise Gilles Ganancia. On a dû se replier sur le court couvert équipé, heureusement fort équipé d’une tribune. En toute hâte, on aménagé un espace pour nos partenaires et tout s’est bien déroulé. »

Les Français ont été à la fête avec une nouvelle belle performance de Sébastien De Chaunac, dominé par Nicolas Coutelot 6/4, 6/3. L’omniprésence tricolore n’est pas étrangère au succès du tournoi azuréen, idéalement situé dans le calendrier terrien. « Notre partenariat avec la BNP Paribas a pris fin avec cette édition mais on a bon espoir de le renouveler, dit Gilles Ganancia. Avec pourquoi pas un passage dans la catégorie supérieure. Nous possédons les infrastructures pour accueillir un petit Challenger. Avec la ville de Grasse, notre deuxième gros partenaire, on va se mettre autour de la table. »

 


(Eric Salliot)

Publié le 21/04/2008 à 19:29