©Nguyen Tuan  
Nicolas Coutelot, roi de Blois !
7ÈMES INTERNATIONAUX DE TENNIS DE BLOIS - EDITION 2008
SAINT-GERVAIS LA FORÊT  du 16/06/2008 au 22/06/2008

Coutelot, et de dix !

En remportant le Future de Blois, Nicolas Coutelot est adjugé le le 10e titre de sa carrière. Le natif de Strasbourg a dominé en finale le Parisien Nicolas Renavand (7/6,  6/3).

 


La semaine a été rude pour Nicolas Coutelot même si  la victoire en deux sets sur Nicolas Renavand en finale peut en faire douter. Car cette dernière victoire est sans doute la plus « facile », si on la compare aux 4 premiers matches de l’ancien 87e joueur mondial (mai 2002) qui a toujours dû concéder au moins un set. Coutelot, même s’il a disputé des matches à rallonge, n’a toutefois jamais été confronté à la moindre balle de match. Autre fait marquant, il n’a rencontré que des joueurs français (Audouy, Texeira, Roche, S. Robert et Renavand). Il faut dire que le contingent tricolore était important avec 27  nationaux sur la ligne de départ.

MAL DE DOS.Coutelot est aujourd’hui sur le retour, lui dont le fait d’arme reste une victoire en 5 sets au 2e tour de Roland-Garros face à l’Argentin David Nalbandian en 2003. En remportant Blois, l’Alsacien empoche son 6e titre en moins d’un an. « J’ai dû ferrailler toute la semaine, raconte Coutelot. Je me suis bloqué le dos le dimanche précédant le tournoi et je n’étais pas sûr de pouvoir disputer le premier tour. J’ai finalement joué mardi et j’ai réussi à passer. Ensuite, l’état de mon dos s’est amélioré…»

MARIAGE D'ESCUDE. Concernant son regain de forme, Coutelot affirme ne pas vouloir en rester là : « Je vais jouer les tournois Future de Toulon et Montauban puis celui de Saint Gervais même si c’est au lendemain du mariage de Nicolas Escudé à Megève. Je vais ensuite enchaîner sur des tournois Challenger, car mon classement me permettra d’entrer dans ces tournois. Mon but, c’est de retrouver le haut niveau, les grands tournois , les grands courts et donc les grands joueurs.  Je veux entrer dans le tableau de Roland-Garros l’an prochain…»  Aujourd’hui, Coutelot n’a pas d’entraîneur attitré.  « Avoir un coach, ça coûte une fortune et comme je n’ai rien gagné en 3 ans, je ne peux pas me le permettre. Si je retrouve le top 100, il est possible que je prenne quelqu’un », explique-t-il.

BONNE AFFLUENCE. De son côté le directeur du tournoi  Claude Roget s’est réjoui de la présence du  public. « De 3 500 spectateurs l’an dernier  nous sommes passés à 7 000, soit un doublement de l’affluence », s’enorgueillit Claude Roget, directeur du tournoi.  Et de continuer : « On dit toujours que le 7e jeu est crucial dans un set, nous avons pris cette règle très au sérieux car c’était la 7e édition cette année et nous l’avons plus que réussi ! ». Grâce à une météo clémente (il n’y a pas eu trois jours de pluie comme en 2007), une communication renforcée en amont du tournoi et une équipe d’organisation ultra-soudée, les Internationaux de Tennis de Blois se sont déroulés sans accroc. L’apport des partenaires y est pour beaucoup. Ainsi la ville, le Conseil général et le Conseil régional, les partenaires privés tels que E. Leclerc ou Peugeot, tous permettent au tournoi de se développer. « Certains de nos nouveaux soutiens sont venus me voir en me disant que s’ils avaient su, ils seraient venus avant . Cinq nouveaux partenaires sont prêts à nous rejoindre pour l’édition 2009 », se félicite Claude Roget.

Bilan : les 7e Internationaux de Blois ont fait deux heureux : Claude Roget pour le boum populaire qu’aura connu son épreuve et Nicolas Coutelot qui, en remportant Blois, se voit pousser des ailes. Des ailes qui pourraient lui permettre d’accéder à un niveau supérieur, niveau qui était le sien il n’y a pas si longtemps...


(Eli Weinstein)

Publié le 23/06/2008 à 18:07