©FFT  
Jonathan Eysseric.
GRAND PRIX DE TENNIS DE BOURG-EN-BRESSE - OPEN DE L'AIN - EDITION 2008
BOURG-EN-BRESSE  du 07/07/2008 au 13/07/2008

Eysseric se ressert

Jonathan Eysseric a survolé le tournoi de Bourg-en-Bresse. Sans perdre un set, le Parisien a remporté son deuxième tournoi de la saison.

SANS-FAUTE. Jonathan Eysseric digère sans doute mieux le poulet que le canard. Dominé en deux sets et abattu dès le début du tournoi de Montauban, au pays du canard, la semaine précédente, Jonathan Eysseric a obtenu une complète revanche à Bourg-en-Bresse, capitale de la volaille. Auteur d’un tournoi en tout point parfait, il a remporté son deuxième Future de la saison après celui d’Antalya en Turquie en avril. Le licencié du Lagardère Paris Racing n’a en effet pas cédé une seule manche tout au long de son parcours en Bresse. Eysseric a dominé successivement Thomas Cazès-Carrère (7/6, 6/4), Charles Roche (6/1, 1/0 abandon), Jonathan Dasnières de Veigy (7/5, 6/1) et Jean-Christophe Faurel en demi-finale (6/3, 6/1).

Ce sans-faute a été parachevé en finale par un succès aux dépens d’Alexandre Renard (6/2, 6/3). "Renard a fait un excellent tournoi, note Hubert Picquier, le directeur du tournoi, mais je ne suis pas sûr qu’il ait joué un gaucher précédemment. Eysseric a joué simplement, il s’est contenté de marteler le revers de son adversaire." Cette quatrième victoire en Future de toute sa carrière amène désormais Eysseric à la 378e place mondiale, son meilleur classement.
 
SANS SURPRISE. Son adversaire malheureux, Alexandre Renard, figure plus loin dans la hiérarchie mondiale (654e). Pourtant, le joueur du TC Dijon a de quoi se montrer plus que satisfait de son séjour à Bourg. Le Bourguignon a en effet constitué la seule surprise du tableau puisqu’en quart de finale sept des huit premières têtes de série répondaient présentes. Seul le Russe Konstantin Kravchuk manquait à l’appel, surpris au deuxième tour par l’astucieux Français en deux manches. Renard a ensuite volé dans les plumes du Belge Yannick Mertens et de l’Allemand Alexander Flock avant d’échouer en finale.
 
En dépit d’une météo pour le moins capricieuse, le Grand Prix de Bourg-en-Bresse - Open de l’Ain a remporté un franc succès. Porté par l’enthousiasme des 52 personnes de l’organisation, l’événement ne cesse de grandir. "Il y quinze ans, quand nous avons commencé, se souvient Hubert Picquier, nous avions loué une toile de tente sur laquelle était marqué « Chez Paf ». Aujourd’hui, nos équipes montent des chapiteaux sur 1 500 m², nous installons des cuisines afin de servir 4 000 repas par semaines…"
 
VERS UN CHALLENGER ? Cette croissance continue pourrait conduire le tournoi bressan à franchir un cap supplémentaire. "Nous avions décidé il y a deux ans de devenir un tournoi Challenger, explique le directeur. Cela n’a pas été possible pour le moment, notamment parce qu’en période olympique il n’est pas possible de trop modifier le calendrier des épreuves internationales." Une promesse a néanmoins été faite d’un passage à la catégorie supérieure lors de la saison 2009. Pourtant, une question fondamentale reste en suspens : "Avons-nous vraiment envie d’y aller ?, s ’interroge Hubert Picquier. Ne vaut-il pas mieux conserver notre mention très bien en Future plutôt que de glaner une mention assez bien en Challenger ?"

Cette réflexion n’a pas encore aboutie du côté de Bourg-en-Bresse. Même si cette année, parmi les 127 partenaires du tournoi, petits et grands, le Conseil général de l’Ain s’est fortement impliqué en vue d’une montée de l’épreuve dans la catégorie supérieure, le succès au niveau actuel présente toujours moins de risques...d'indigestion.

(T. Fraix-Burnet)

Publié le 17/07/2008 à 10:34