©FFT/CS  
Pierrick Ysern, demi-finaliste à Mulhouse.
GRAND PRIX BARRISOL - EDITION 2008
MULHOUSE  du 08/09/2008 au 14/09/2008

Lammer s’offre Mulhouse

Le Suisse Michael Lammer a remporté le Grand Prix Barrisol face au Belge Niels Desein. Tandis que les Français Pierrick Ysern et Marc Steger, ont atteint les demi-finales.

FINALE AU COUTEAU. Michael Lammer aime la France. Ce Suisse de 26 ans a remporté à Mulhouse le 5e titre de sa carrière, le deuxième dans l’Hexagone après le Challenger de Montauban. En finale, sur les courts rapides du TC Illberg Mulhouse, au terme de 2h07 de jeu, Lammer s’est imposé devant le Belge Niels Desein (6/7, 7/5, 6/3). Aux yeux du directeur de l’épreuve Laurent Naegelen, "c’est tout simplement  le plus beau match de la semaine".

YSERN ET STEGER EN VEDETTE. Côté français, deux des seize Français engagés se sont distingués : Pierrick Ysern et le régional de l’étape Marc Steger (wild-card). Ces derniers ont atteint le stade des demi-finales. Steger a même sauvé deux balles de match face au futur vainqueur avant de rendre les armes sur la troisième (6/2, 7/6). "Le public, venu nombreux, était ravi de soutenir son joueur local au cours d’un match où il aurait dû mieux servir", commente en fin connaisseur Laurent Naegelen.

UNE AMBIANCE ZEN. Le directeur du tournoi a  également insisté sur la qualité du travail fourni par l’équipe d’arbitrage : "Le superviseur Stéphane Apostolou a été parfait. Grâce à son expérience, le tournoi s’est déroulé  dans une ambiance zen". Les partenaires, eux aussi, ne sont pas étrangers au bon déroulement de l’épreuve alsacienne. Laurent Naegelen a tenu à remercier tout particulièrement le sponsor-titre Barrisol, ainsi que BNP Paribas et Kia pour leur soutien. Il faut également ajouter l’investissement de  la ville de Mulhouse, le  conseil général et la région.

OMBRE AU TABLEAU. Grâce au Journal L’Alsace, le tournoi a bénéficié d’une couverture médiatique quotidienne et complète. Virgin radio et France 3 Alsace ont également contribué à la médiatisation de l’épreuve. Un regret subsiste tout de même. "Notre épreuve a eu lieu durant la même semaine que le challenger d’Orléans, ce qui nous fait indubitablement de l’ombre, souligne le directeur du tournoi. On aimerait pouvoir trouver un autre créneau et pourquoi pas, nous aussi, passer à la catégorie supérieure."  Affaire à suivre…


(E. W.)

Publié le 17/09/2008 à 10:50