LE CHAMBON-SUR-LIGNON - EDITION 2009
LE CHAMBON-SUR-LIGNON  du 16/02/2009 au 21/02/2009

Au beau fixe

Grand ciel bleu au Chambon-sur-Lignon. Les Français ont en effet accaparé les places de finalistes, aussi bien chez les garçons que chez les filles, avec les succès de Léa Tholey et Loïs Baudy.

THOLEY TRÈS QUALIFIÉE. Plus on joue, plus on gagne. Cette règle mathématique s’applique à merveille à la championne 2009 du tournoi du Chambon-sur-Lignon. Issue des qualifications, Léa Tholey a en effet disputé sept rencontres pour parvenir au terme de cette édition du tournoi international. Un parcours digne d’un Grand Chelem. La pensionnaire du pôle espoirs de Talence avait éclaté au grand jour l’été dernier en enlevant les Petits Princes à Annecy. Elle a donc confirmé en ce début d’année, malgré son élimination au premier tour des Petits As.

LES HABITUÉES. Au Chambon, après les qualifications et les premiers tours, elle a battu Ana Smolina, la Russe tête de série n°3, en quarts de finale, puis la Belge Alison Van Uytvanck en demie, avant de disputer la finale. Son petit surcroit d’expérience a alors fait toute la différence face à Solène Guyomard, l’autre finaliste, qui, elle, s’était extirpée des pré-qualifications et disputait ainsi son dixième match. "Comme quoi, le temps passé sur le court, c’est important, estime Mustapha Kouider, co-directeur du tournoi en compagnie d'André Viallon. Ces deux joueuses avaient eu le temps de s’habituer aux conditions particulières du Chambon : l’altitude, le rebond, la fraîcheur des températures…"

TENSION. La sécheresse du score en finale (6/3, 6/0) en dit moins long sur la domination technique de la Provençale que sur la tension inhabituelle qui bloquait le bras de Solène Guyomard. "En terme de niveau de jeu, la différence entre les deux finalistes n’était pas si énorme, précise le directeur de l’épreuve. Mais Guyomard était visiblement moins habituée à jouer des finales."

SUPRÉMATIE. Chez les garçons, la suprématie française a été encore plus nette que dans le tableau féminin (6 quarts de finalistes contre 4 chez les filles). Certes l’Italien Andrea Ceccarello et le Britannique Lloyd Glasspool se sont glissés en demi-finales en dominant respectivement Lucas Pouille en deux jeux décisifs et Laurent Lokoli, mais en définitive, la finale s’est résumée à une confrontation franco-française puisque Mathias Bourgue et Loïs Baudy ont dominé Ceccarello (7/5, 7/5) et Glasspool (6/1, 3/6, 6/2).

BAUDY DÉCROCHE LA LUNE. En finale, Baudy a affiché toute sa détermination. Menant un set à rien, il subissait la réaction d’un Bourgue au service soudain requinqué. A un set partout, le Franc-Comtois accélérait à son tour. Menant 3-0, puis 5-2, Baudy parvenait à finir le travail sur un ace (6/3, 4/6, 6/2) pour son premier grand succès chez les cadets. "Baudy est un joueur solide mais je pense que Bourgue, qui est plus jeune et plus grand, dispose d’un potentiel supérieur, juge Mustapha Kouider. Et puis, Loïs Baudy a magnifiquement bénéficié des circonstances. Il a fait un très beau tournoi mais c’est vrai que dans le haut du tableau, il y a eu quelques "finales avant la lettre", notamment entre Lucas Pouille et Miki Jankovic, la tête de série n°1, ainsi que l’Italien Ceccarello."

NOUVELLE DIMENSION. Il est à noter que si le tournoi du Chambon a subi la concurrence de la Winter Cup, qui a provoqué quelques défections chez les délégations étrangères, il a sans doute aussi un peu bénéficié de la disparition des épreuves 15-16 ans de Marcq-en-Barœul et La Baule. D’ailleurs, Mustapha Kouider envisage de donner une nouvelle dimension à l’épreuve. "Par le biais de Tennis Europe, nous allons tâcher d’obtenir l’année prochaine une augmentation des formats des tableaux des qualifications et du tournoi final, annonce-t-il. De 32, nous allons essayer de passer à 48. Cela nous permettra aussi de faire participer plus de joueurs aux pré-qualifications". Plus on joue...


(Thibaut Fraix-Burnet)

Publié le 25/02/2009 à 17:27