INTERNATIONAUX DE TENNIS DE LA ROCHE-SUR-YON VENDÉE - EDITION 2010
LA ROCHE SUR YON  du 18/10/2010 au 24/10/2010

Reix au finish !

Au  prix d’une finale à suspens, Clément Reix s’est imposé devant Yannick Mertens (6/3, 6/7, 7/6). Cette victoire vient  couronner une semaine très intense du côté du Tennis Entente Yonnaise, le club d’accueil.  


Les Internationaux de tennis de La Roche-sur-Yon ont tenu toutes leurs promesses. Les organisateurs parlent même d’un cru assez exceptionnel : "Nous progressons chaque année, notre organisation est désormais connue et reconnue", explique le directeur du tournoi Henri Moreno, heureux de l’implication d’environ 70 bénévoles qui ont fait vivre le village sous chapiteau, avec service de restauration et espace détente.

Si le Tennis Entente Yonnaise, demeure l’une des places fortes du tennis en Pays-de-Loire, le Future organisé par le club vendéen est l’une de ses vitrines. Il a connu cette année un engouement populaire indéniable. "On a rarement accueilli autant de monde, poursuit Henri Moreno. Lors de la finale il a fallu ajouter des chaises pour compléter les tribunes et les loges, pleines comme des œufs." Au total, 600 spectateurs ont assisté au sacre de Clément Reix qui, en battant la tête de série n° 1, le Flamand Yannick Mertens, au tie-break de l’ultime manche, est venu briser la suprématie belge dans ce tournoi, installée par Niels Desein, double vainqueur en 2008 et 2009. Mertens, impressionnant de maîtrise en demi-finales face à Rudy Coco, avait pourtant sauvé 6 balles de matchs lors des deux tie-breaks de la rencontre.

A 27 ans, le tout jeune marié Clément Reix a véritablement franchi un cap. Cette victoire, sa troisième sur un Future cette année après Mulhouse et le TC Plaisir, lui  permet peut-être d’envisager les qualifs des internationaux d’Australie... L’exploit du joueur de Bondy est de taille, car la concurrence était forte cette année. "On a eu des gros matchs dès le premier tour, indiquait Pierre Garnier, directeur technique du tournoi, Clément a été très solide, notamment en demi-finale face à son camarade de club Baptiste Dupuy, finaliste ici l’an passé. Je l’ai également trouvé très costaud physiquement".

Quelques joueurs du grand Ouest ont également eu à cœur de briller devant un public familier. A commencer par la tête de série n° 2, le Finistérien Charles-Antoine Brézac, pourtant éliminé au 2e tour, mais aussi le Nantais Gleb Sakharov et le Guérandais Jérémy Blandin, qui échouèrent quant à eux au stade des quarts de finale.


(Arnaud Claracq)