- EDITION 2012
BAGNÈRES DE BIGORRE  du 03/09/2012 au 09/09/2012

Obry au sommet en Bigorre

Le Picard Julien Obry s’est imposé lors du Future Casino de Bagnères-de-Bigorre (15000 $ + H) en dominant le Belge Niels Desein (6/4, 6/3).


Arrivé en confiance après une demi-finale au Challenger italien de Piombino la semaine précédente, Julien Obry s’est offert le premier titre de sa saison à Bagnères-de Bigorre. Grâce à une montée en puissance tout au long de la semaine, le Français (21 ans) n’a connu qu’une seule alerte : en quarts de finale contre Jonathan Eysseric (6/3, 3/6, 6/3). Le reste du temps ses adversaires (Jonathan Kanar, Rudy Coco ou Fabrice Martin) n’ont pas réussi à lui prendre un set.
 
En finale, le Belge Niels Desein, éprouvé par une demi-finale très longue contre Mathieu Rodrigues, le tenant du titre, n’a pu non plus rivaliser. Plus frais, Obry a su user son adversaire pour s’imposer logiquement (6/4, 6/3), devant près de 800 spectateurs.  "Le début de match était vraiment équilibré, mais à la fin du premier set et sous l’effet de la chaleur – environ 35 degrés – Desein a connu une baisse de régime, estime Christian Gachassin, directeur de l’épreuve. Mais Obry a parfaitement su exploiter la situation. On le sent en pleine confiance, il a trouvé un équilibre dans sa nouvelle structure d’entraînement. On devrait le voir grimper au classement mondial. "

Une femme sur la chaise

Dans un tableau relevé à forte coloration tricolore, on retrouvait 6 Français en quarts de finale (Obry, Eysseric, Martin, Rodrigues mais aussi Brézac et Sidorenko). En revanche, Grégoire Burquier, pourtant tête de série n°1, a chuté dès le 2e tour devant le Britannique Edward Corrie (7/6, 2/6, 6/4). Parmi les nouveautés, c’est une femme, Sophie Abeille, qui a arbitré pour la première fois la finale de ce Future. Créateur du tournoi en 1984, Jean Gachassin (le père de Christian) était d’ailleurs présent pour la remise des prix. Tout comme le parrain de l’épreuve, l’ancien rugbyman Laurent Benezech, vu sous le maillot du Racing et de l’équipe de France.  
 
A noter que le vendredi soir, sur le court central, Thomas Boissy, finaliste de l’émission « La France a un incroyable talent », a séduit les 1200 invités avec ses improvisations vocales. Le lendemain, lors de la soirée de gala, de nombreux joueurs ont fait part de leur souhait de voir le tournoi “monter” dans la catégorie Challenger. "Il ne faut pas brûler les étapes répond Christian Gachassin. Nous sommes en train d’asseoir ce Future doté de 15 000 dollars plus hébergement, nous avons monté une nouvelle équipe d’une cinquantaine de bénévoles et attiré de nouveaux partenaires, donc cela me semble prématuré". 


(B.B.)