Marc Gicquel
 - EDITION 2012
PLAISIR  du 17/09/2012 au 23/09/2012

''J’ai proposé un bon tennis à Plaisir.''

A 35 ans, Marc Gicquel s’est offert son 2e titre en 15 jours au Future de Plaisir. Sans perdre un set au cours de la semaine, la tête de série n°1 a dominé le Suisse Sandro Ehrat en finale (6/2, 6/3). Entretien.


Après Mulhouse, vous vous imposez à Plaisir, soit 2 titres en 2 semaines : comment vivez-vous cette période ?
Forcément très bien (rires). Ces semaines se sont bien passées, mais il y a une forme de logique : j’aime beaucoup jouer en indoor. Les conditions, la surface, conviennent parfaitement à mon jeu. Lors du 3e set de mon premier tour à Mulhouse, contre Franck Pepe, j’ai retrouvé une bonne fluidité au service. Et forcément quand votre première balle passe régulièrement, tout redevient plus facile derrière, car je peux prendre l’échange à mon compte avec mon coup droit. Grâce à la confiance accumulée, à Plaisir j’ai proposé un bon tennis.
 
La finale contre le Suisse Sandro Ehrat n’a pas été trop accrochée (victoire 6/2, 6/3 pour Gicquel) ?
Disons qu’Ehrat, qui a 21 ans, est un gars talentueux. Il sert bien, frappe correctement en coup droit comme en revers, mais il est encore un peu nonchalant et commet quelques fautes directes. Quand je l’ai breaké au début du premier set, il s’est un peu relâché. Mais la deuxième manche a été très accrochée jusqu’à 4/3 en ma faveur, lorsque j’ai réussi à prendre son service. Pendant la semaine, même si je n’ai pas perdu un set, j’ai parfois été mené 4/1 ou 5/3 par des joueurs assez jeunes. Comme je me sens bien sur le plan physique, je n’ai pas lâché. Ça a payé contre des adversaires qui aiment frapper fort sur chaque balle : quand ils se dérèglent, ils ont du mal à revenir dans la partie. Donc j’ai fait jouer mon expérience.
 
Quel bilan tirez-vous de cette quinzaine ?
Avec ces deux Futures, je voulais prendre des points et de la confiance. Pari tenu, puisque je devrais me retrouver 197-198e lundi prochain, alors que j’étais 265e quinze jours plus tôt. Je vais donc tenter de continuer sur cette lancée en fin de saison et de poursuivre ma carrière en 2013. Je jouerai les qualifs de l’Open d’Australie, ce que je n’avais pas pu faire l’an passé à cause de la naissance de ma fille. L’an prochain, je compte prendre un maximum de plaisir sur le court, ce qui implique de disputer des tournois que j’apprécie, dont un maximum sur le sol français. A 35 ans, je ne vais pas commencer à aller en Ouzbékistan ! (rires) Vu mon niveau actuel, je joue pour remonter autour de la 150e place mondiale. Et ensuite accéder aux qualifications des gros tournois, -me retrouver sur de grands courts contre de grands joueurs.
 


(B.B.)

Publié le 20/12/2012 à 14:11