- EDITION 2016
TOULON  du 22/06/2016 au 28/06/2016

Lokoli échoue en finale

Battu par le Marocain Lamine Ouahab (6/3, 7/6), Laurent Lokoli poursuit néanmoins sa remontée au classement, grâce à ce Future qui a vu Hamou et Wang atteindre les demi-finales.


 

Révélation de Roland-Garros 2014, Laurent Lokoli a ensuite connu des blessures. Mais le potentiel du tennisman corse demeure indéniable. A Toulon, le Français âgé de 21 ans a bien failli s’offrir son 3e Future de la saison, après les titres acquis fin avril en Italie, puis début juin en Bosnie-Herzégovine. Non classé parmi les têtes de série, Lokoli (actuel 523e mais 207e en avril 2015) s’est hissé en finale sans perdre un set. Mais l’expérience du Marocain Lamine Ouahab, 439e ATP, a ensuite fait la différence (6/3, 7/6).

Le coup d’œil de Ouahab

« Le premier set au cours duquel il a mené 4-1 puis 5-2 a été plutôt facile pour Lamine, tandis que le second s’est joué à pas grand-chose, estime Jérôme Sciarrino, directeur de ces Internationaux de Toulon. Ouahab est vraiment un joueur atypique, qui dispose d’un coup d’œil, d’une main et d’un sens de l’anticipation exceptionnels. Toute la semaine, il a développé un niveau de jeu impressionnant. A 31 ans, Lamine qui a été 114e en 2009 espère remonter sur les Challengers. Il n’a pas perdu un set de la semaine et a remporté le double associé à l’Espagnol Pedro Martinez Portero ». La finale du simple s’est déroulée devant environ 400 personnes tandis que 3000 spectateurs ont investi les courts en terre battue du Tennis Club Toulonnais durant la semaine.

Des Français affûtés

Très nombreuse dans le tableau final (23 joueur sur 32), la jeune garde française a brillé dans le Var. Tête de série n°6, Maxime Hamou s’est incliné en demi-finale contre Ouahab (6/3, 6/3), tandis que Tak Khunn Wang, n°7 du tableau, a accroché Lokoli (6/4, 7/5). De son côté Maxime Chazal a été éliminé en quart de finale. Pourtant tête de série n°1, il a chuté devant un Wang inspiré (6/1, 6/4). A noter également, l’exploit de Johan Sébastien Tatlot, tombeur au 1er tour de la tête de série n°2 Jonathan Eysseric (6/3, 7/6). « Cette 21e édition était intéressante car nous avions beaucoup de jeunes tricolores prometteurs, raconte Jérôme Sciarrino. Corentin Moutet, petit gabarit gaucher qui possède une bonne main, est sorti des qualifs avant de passer un tour puis d’accrocher Hamou. Les gens étaient forcément curieux de le voir. Louis Tessa, qui bénéficiait d’une wild-card, a lui aussi franchi le premier tour avant de bien résister à Ouahab (défaite 6/4, 6/4) ».


(B. B.)

Publié le 28/06/2016 à 13:50