- EDITION 2017
VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON  du 26/06/2017 au 01/07/2017

Les Français tous sur le Pont

Deux vainqueurs (Carole Monnet et Clément Chidekh), mais également deux finalistes (Océane Babel plus Timo Legout), les Tricolores ont tout raflé au Pont des Générations.


La 28e édition du Pont des Générations, tournoi international réservé aux moins de 16 ans, a souri aux Français qui ont tout raflé. Chez les filles Carole Monnet, tête de série n°1, a dominé Océane Babel (6/1, 6/4). « Le score reflète la physionomie de cette finale, Carole était supérieure, tant sur le plan de l’expérience que du physique, estime Patrick Munini. Cela s’explique notamment par la différence d’âge car Océane, toute récente championne de France des 13 ans, a 2 ans et demi de moins que Carole. Mais elle possède beaucoup de potentiel et tous les coups du tennis mais elle doit logiquement gagner en maturité. De mémoire, je crois qu’il s’agissait de la première finale franco-française chez les filles ». A noter également la place de demi-finaliste de Julia Sandrone, dominée par Babel (6/4, 6/0).

Chidekh le régional de l’étape

Les Français ont également réalisé un carton plein puisque Clément Chidekh, 16 ans, a battu Timo Legout (15 ans) en finale (6/3, 6/2). « Clément a davantage peiné en quart de finale, avant de dérouler. Il a abordé cette finale très serein, s’appuyant sur sa solidité en fond de court grâce à son excellent revers à deux mains, indique Patrick Munini. En tant que Provençal (ndlr : Chidekh est né à Arles), il rêvait de gagner le tournoi mais il avait oublié de s’inscrire et a donc demandé une wild-card ! De son côté, Timo a payé la fatigue accumulée et souffrait de l’épaule, ce qui l’a obligé à consulter le kiné avant la partie ». Battu par Chidekh (6/3, 6/1), Theo Ortis s’est, lui, arrêté en demi-finale.

Forcément, ces excellents résultats méritent des louanges mais ils doivent aussi être relativisés : « ll y avait moins de participants et de participantes étrangers que les autres années, avec « seulement » 17 nations représentées, souligne Patrick Munini. Cela s’explique par une erreur de date sur le site de Tennis Europe mais aussi car la catégorie des Moins de 16 ans (Under 16) se trouve à un tournant. Quand ils ont un bon niveau, les joueurs de cet âge disputent directement des épreuves juniors. Etre le seul Grade 1 français représente un atout mais cela mérite réflexion car cela fait 6 ans que je m’investis pour avoir le gratin mondial dans cette tranche d’âge  y avait moins de participants et de participantes étrangers que les autres années, avec « seulement » 17 nations représentées, souligne Patrick Munini. Cela s’explique par une erreur de date sur le site de Tennis Europe mais aussi car la catégorie des Moins de 16 ans (Under 16) se trouve à un tournant. Quand ils ont un bon niveau, les joueurs de cet âge disputent directement des épreuves juniors. Etre le seul Grade 1 français représente un atout mais cela mérite réflexion car cela fait 6 ans que je m’investis pour avoir le gratin mondial dans cette tranche d’âge ».


(B. B.)

Publié le 07/05/2017 à 11:05