- EDITION 2017
EQUEURDREVILLE HAINNEVILLE  du 09/10/2017 au 15/10/2017

Les Normandes à la fête

Née à Granville, Myrtille Georges s’est imposée sur ses terres en dominant Audrey Albié (6/4, 3/6, 7/5), tandis que Manon Arcangioli, native de Rouen, a remporté le double associée à Sherazad Reix.

Et de 5 !  En 9 éditions, l’open Féminin 50 a vu 5 Françaises s’imposer. Cette fois, c’est Myrtille Georges qui a brandi le trophée. « Pour nous, ce fut vraiment une édition parfaite, puisque Myrtille, une Normande née dans la Manche, avait annoncé en début de semaine dans Ouest France son envie de s’imposer à domicile, raconte Pierrick Dorange, directeur du tournoi. Elle a fait de bons matchs durant la semaine mais a parfois dû s’employer comme en quart de finale devant la Belge Ysaline Bonaventure (0/6, 7/5, 6/3).»

En finale, Georges, tête de série n°2 a dominé sa compatriote Audrey Albié (6/4, 3/6, 7/5) à l’issue d’un duel somptueux. Cette dernière, touchée aux adducteurs, a failli déclarer forfait mais les équipes médicales du tournoi ont fait des miracles. « Audrey a même mené 5/3 au 3e set, mais Myrtille n’a rien lâché. Les deux joueuses ont tout donné. Grâce à son excellent service, Albié a enchaîné les succès cette semaine, tandis que je n’avais jamais vu Myrtille aussi motivée. On sent qu’elle a beaucoup travaillé sur le plan physique et que son changement d’entraîneur commence à porter ses fruits », poursuit Pierrick Dorange, également président du comité de la Manche de tennis. Agée de 26 ans, Myrtille Georges pointe à la 260e place mondiale.

Emilie Loit, une marraine de choix

Une troisième Tricolore s’est hissée en demi-finales. Il s’agit de Julie Gervais (championne de France 2e série en 2015), issue des qualifications, qui a donc remporté 5 rencontres avant de s’incliner contre Myrtille Georges (6/1, 7/6). Enfin, grâce à sa wild-card, Salma Djoubri, 14 ans et licenciée à l’AS Rouen UC, a remporté son premier succès dans le tableau principal d’un 25 000 dollars . Le double a également souri à une Normande puisque Manon Arcangioli s’est imposée associée à Sherazad Reix, face à la paire Samantha Murray (Grande-Bretagne) – Karman Kaur Thandi (Inde).

Particulièrement homogène, le tableau a permis d’attirer 3000 personnes au cours de la semaine, malgré un dernier week-end à la température presque estivale. Marraine du tournoi, la Cherbourgeoise Emilie Loit a remis les prix mais également tapé la balle avec des personnes atteintes du cancer. Car le tournoi, dans le cadre de l’opération les « Balles Roses » (3 jours de lutte contre le cancer du sein au sein de la Ligue de Normandie), s’est mobilisé afin de vendre des badges au profit de l’association « Presqu’île en Rose ».


(B. B.)

Publié le 16/10/2017 à 18:12