- EDITION 2017
ANDRÉZIEUX-BOUTHÉON  du 23/01/2017 au 29/01/2017

Dur, dur pour les Tricolores

Seule Lou Brouleau, quart de finaliste, a tiré son épingle du jeu, dans un tournoi qui a vu l’Estonienne Anett Kontaveit dominer la Serbe Ivana Jorovic (6/4, 7/6).

 

Commençons par les bonnes nouvelles : Lou Brouleau (21 ans, 392e WTA) s’est distinguée à Andrézieux-Bouthéon. La Française a sorti Chloé Paquet puis l’Américaine Bernarda Pera, avant de chuter en quart devant la Tchèque Tereza Smitkova (6/4, 6/3).
« Lou a fait honneur à sa wild-card en atteignant les quarts, se félicite Estelle Verney-Carron, directrice de l’épreuve. Ça n’est pas rien. Mais effectivement, la semaine a été compliquée pour les joueuses tricolores car dans un 60 000 dollars, il y a une grosse différence de niveau. Mais notre rôle est de les mettre en avant, en leur donnant des invitations pour les qualifications ou le tableau final même si les résultats ne sont pas directement au rendez-vous. Nous allons continuer à le faire ». Car hormis le cas Brouleau, aucune autre tricolore (Harmony Tan, Manon Arcangioli, Chloé Paquet – toutes bénéficiaires d’une wild-card - mais également Virginie Razzano et Sherazad Reix), n’a remporté un match.

Profitant de l’élimination des deux principales têtes de série au 2e tour, l’Espagnole Sara Sorribes Tormo (n°1) et la Slovaque Rebecca Sramkova (n°2), Anett Kontaveit, tête de série 3, a remporté son premier titre de l’année, le 11e de sa carrière. En finale, l’Estonienne (21 ans, 113e mondiale) est difficilement venue à bout de la Serbe Ivana Jorovic (6/4, 7/6). « La rencontre s’est jouée à peu de choses. On a assisté à un beau duel entre deux combattantes au mental impressionnant, raconte Estelle Verney-Carron. On s’attendait à un 3e set mais Ivana a un peu flanché tandis qu’Anett (ndlr : 8e de finaliste à l’US Open 2015) a fait parler son expérience ».

Llodra, invité de marque

Près de 10 000 personnes ont assisté aux rencontres disputées au Palais des Sports, contre environ 8000 l’an passé. Il faut dire que cette 7e édition du ENGIE Open Andrézieux-Bouthéon 42 a bénéficié d’un parrain de choix en la personne de Michaël Llodra. « Mika est arrivé dès le samedi matin. Le lendemain il a tapé la balle avec des jeunes des clubs environnants, leur donnant beaucoup de conseils, avant de terminer par des échanges avec Zoé, une jeune fille qui pratique le tennis en fauteuil, et va bientôt intégrer une structure fédérale. Après une séance de dédicaces dans un magasin partenaire, Michaël a assisté à la finale puis remis le trophée, explique Estelle Verney-Carron. Un homme parrain d’un tournoi féminin, cela montre qu’en sport, il n’y a pas de frontières ».


(B. B.)

Publié le 31/01/2017 à 10:18